fbpx

Comment la lecture peut-elle devenir ta complice?

par | 16 Mar 2021 | Bien-être et santé, Livres et lectures, Outils | 2 commentaires

Est-ce que la lecture a toujours fait partie de ta vie? Qu’est-ce qui te fait vibrer quand tu lis? Pourquoi prends-tu le temps de te déposer dans un livre? C’est en sixième année que la lecture est vraiment devenue une passion pour moi. À la maison, ma mère avait une bibliothèque garnie d’encyclopédies et de livres de toutes les origines. J’étais fascinée par l’univers du livre. Aujourd’hui, j’ai choisi de parler de cette meilleure amie qui m’a accompagnée durant toutes ces années. J’ai envie de révéler tout ce que peut nous apporter la lecture.

Ma rencontre avec Fantômette, la justicière masquée

J’avais onze ou douze ans cette année-là, mes plus belles découvertes de lecture se sont faites à l’école. Tous ces livres adaptés pour les jeunes de nos âges me mettaient l’eau à la bouche. J’ai dévoré les romans de la plume de Georges Chaulet avec sa série mettant en vedette Fantômette. Le lundi, on avait le droit d’emprunter deux livres pour la semaine. Je n’en pouvais plus d’attendre le lundi suivant. Pour une fervente lectrice comme moi, c’était beaucoup trop long. Grâce à ma rencontre avec le personnage de Fantômette, je venais de découvrir que j’adorais les romans policiers et de suspense.

Toujours en sixième année, alors que j’étais subjuguée par les histoires de Fantômette, je peinais à lire les fiches de lecture obligatoires. Je me souviens de l’ennui et de la lourdeur de la tâche. Chaque semaine, il fallait lire cinq fiches de lecture et répondre aux questions. C’était d’un ennui! La preuve que lire n’importe quoi n’apporte pas toujours la motivation d’en lire plus.

Trouver ce qu’on aime lire = non négociable

J’ai la conviction que la lecture peut être à la portée de tous, à condition de trouver ce qu’on aime lire. Les fiches de lecture de la classe n’étaient pas du style policier et c’était pour moi une catastrophe de devoir les lire et de répondre aux foutues questions. As-tu déjà ressenti le dégoût de lire? Quel livre était-ce? Ce ressenti est encore pire que l’engouement qu’on ressent quand on explore et aime une série de livres. Quand il n’y a pas d’intérêt, il n’y a pas grand-chose qu’on puisse faire pour nous donner envie d’en lire plus.

Il y a tellement de sortes de livres, de tous les styles et de tous les genres, qu’on peut facilement se perdre ou croire qu’on n’aime pas lire. Mais il suffit de dénicher le style qui nous fait voyager à travers notre imaginaire, ce qui nous colle à la peau, ou plutôt aux yeux, et le tour est joué. On ne peut plus décrocher. 😉

Oh boy, un souvenir me revient en mémoire… La peste d’Albert Camus, livre obligatoire à lire au cégep. Ça m’a pris des semaines à le lire, à coup de dix pages par soir avant de m’endormir. J’aurais bien voulu en lire davantage pour m’en débarrasser plus vite. Mais j’étais incapable de lire plus de dix pages à la fois tellement le livre m’était pénible. Oui, je sais, cette œuvre littéraire hautement réputée et primée a contribué en partie à l’auteur de recevoir le prix Nobel de la littérature en 1957, mais comme on dit, tous les goûts sont dans la nature.

Évidemment, la série Fantômette ayant une fin, j’ai dû trouver d’autres séries. Et c’est ainsi que j’ai découvert les auteurs Agatha Christie, Arthur Conan Doyle et Mary Higgins Clark, pour ne nommer que ceux-ci, car j’avais la piqure et j’en ai tellement lu par la suite.

Livre de croissance personnel… un jour et pour toujours

On est au début des années 2000, je viens de découvrir les livres de développement personnel. J’ai beau chercher dans ma mémoire, je n’arrive pas à me rappeler lequel fut le point de départ de mon intérêt pour ce genre littéraire. Ça n’a pas trop d’importance. Aujourd’hui, j’ai deux bibliothèques bien garnies de ce genre de livres. Et si j’ai l’habitude d’emprunter à la bibliothèque les romans policiers, c’est une tout autre histoire pour les livres de croissance personnelle. Ceux-là, je ressens le besoin de les posséder, pour les « flagguer » et m’y référer au besoin. Pour moi, c’est comme des explorations que je peux refaire au besoin. Ce sont des ouvrages de référence.

Ils sont tellement à l’opposé des romans policiers dont je suis si gourmande. Néanmoins, leur apport est tout aussi important, mais à un autre niveau.

Ton format préféré pour lire : papier, numérique ou audio?

Si tu es une adepte du minimalisme ou « sans papier », tu te demandes sûrement pourquoi je ne fais pas le saut pour une liseuse et une bibliothèque électronique. J’y ai pensé à de nombreuses reprises et une partie de moi aimerait bien. Ça serait moins coûteux autant financièrement que sur le plan de l’espace et de l’encombrement. J’ai essayé de lire des livres électroniques, mais ça ne m’a pas plu.

J’ai aussi essayé les livres audio pour me rendre compte que je suis plus visuelle qu’auditive. Comment dire? En version audio, c’est comme si les mots me rentraient par une oreille pour me sortir par l’autre. Je ne retiens rien. Je connais les avantages des livres numériques et audio, mais ce n’est pas pour moi. J’ai besoin de ma relation avec le livre, j’ai besoin de le toucher. Avec mes 12 à 31 livres lus par année, je n’ai pas du tout envie de changer pour un format qui viendrait amoindrir mon plaisir de lire.

C’est pour ça aussi que je ne lis pratiquement pas en anglais. Et toi, sous quel format préfères-tu lire? Et pourquoi?

10 bienfaits de la lecture

Si tu m’as lue jusqu’ici, c’est probablement parce que toi aussi tu aimes lire, une passionnée de lecture qui en lit une autre. 😉 Je ne sais pas pour toi, mais pour moi, la lecture m’a tellement apporté dans ma vie, et elle continue de le faire.

Je te fais part de dix bienfaits de la lecture :

  • elle a brisé ma solitude;
  • elle a contribué à améliorer mon français écrit;
  • elle m’a apaisée et m’a enveloppée d’une certaine harmonie intérieure;
  • elle a enrichi ma culture générale;
  • elle a assouvi mon désir d’aventure et d’exploration;
  • elle m’a fait rêver, et me fait toujours rêver d’un monde meilleur;
  • elle m’a permis de faire des prises de conscience;
  • elle m’a fait découvrir de nouveaux outils;
  • elle m’a permis de transformer mes blessures en apprentissages;
  • elle m’a fait devenir une meilleure personne.

Mais surtout, la lecture m’a amenée vers une nouvelle passion, l’écriture, et vers mon prochain rêve, celui d’écrire un livre.

Ce rêve a surgi à l’adolescence pour partir aux oubliettes à l’âge adulte, et pour se pointer le bout du nez il y a quelques années. De quoi parlera ce livre? Aucune idée. J’attends qu’il se manifeste en moi avec passion et vigueur. Je sais qu’au moment venu, il me fera vibrer comme je vibre lorsque j’écris pour toi sur mon blogue.

Et toi, es-tu passionnée de lecture? D’écriture? Qu’est-ce qui te fait vibrer? J’aimerais bien t’entendre me parler de ta passion.

2 Commentaires

  1. Catherine

    Lorsque j’étais adolescente chaque été nous allions en famille dans un chalet prêté par un ami de ma mère. Le temps que nous étions là bas ma mère lisait beaucoup. Elle disait que c’était son moment à elle. L’année de mes 15 ans j’ai fais une grosse dépression. Cette été là ma mère a apporté deux romans de Agatha Christi. Elle m’en a donné un en me disant que de lire allait m’empêcher de réfléchir à mes problèmes d’adolescente. Je l’ai dévoré en deux jours. Puis j’ai lu le deuxième en 12 heures. J’ai continué à lire. S’en était un problème à l’école je lisais au lieux d’écouter les professeurs. J’ai passé au travers tous les tomes de la saga Twilight en trois jours. Lorsque je commence j’ai beaucoup de difficulté à m’arrêter si ce que je lis m’intéresse. Aujourd’hui j’ai une très forte préférence pour les livres fantastiques, magiques. Fée, sorcières au pouvoirs immense, vampires et loup-garou. Il me permettent de m’évader dans un tout autre univers.

    Réponse
    • Chantal Hébert

      Ohhh… une autre adepte d’Agatha Christie, moi aussi je les ai dévorés.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Archives